Les étrangers sont juste des amis que vous n’avez pas rencontrés

par • 9 mars 2013 • Blog Bouts Du MondeCommentaires (4)4044

Voila le genre de post que je n’aime pas vraiment lire et à vrai dire, que j’aime encore moins écrire. Ce blog est avant tout un espace sur lequel je partage mes bons plans, mes astuces pour voyager et profiter au maxium de tout ce que peut offrir le voyage. Sur ces pixels, je n’ai de cesse de partager mon expérience du voyage et surtout, de la puissance, de la joie que m’apportent les rencontres lors de ces voyages.

Au premier plan de ces rencontres, celles que m’ont apporté depuis plusieurs années le Couch Surfing. Aujourd’hui, je tiens à rendre hommage à un Couch Surfer que j’ai rencontré en Août 2008. J’avais accepté d’héberger Taylor l’espace d’une petite semaine avec un autre CSer, Baptou, afin de travailler ensemble sur le projet du Couch Surfing Rural. J’étais ravi que mon appartement soit le théâtre de ces réflexions comme des chamailleries de mes deux hôtes dans la cuisine qui me rappelaient celles d’un vieux couple.

J’ai récupéré Taylor alors qu’il lisait tranquillement devant ma porte, sur le trottoir, couché sur son sac de voyages. Quelques jours auparavant, il était en Ouganda. Il a atterri à Zurich et a rejoins Grenoble en autostop en deux jours seulement. Fatigué, les traits tirés mais les yeux grand ouverts face au décalage entre l’Europe et l’Afrique qu’il venait de quitter après plusieurs mois de nomadisme, il m’a sourit d’un sourire large que seule la vue d’un ami de longue date peut vous décrocher des lèvres.

J’ai préparé un repas pour mon hôte en lui offrant une serviette et la perspective d’une douche chaude. Probablement le plus beau cadeau que vous pouvez faire à un voyageur las de son périple et de ses aventures. Et nos discussions se sont animées et les jours ont passé. Taylor est parti un matin, à pas feutrés, pour retrouver son mode de transport favori, l’autostop. Avant de partir, il m’a remercié pour mon accueil. Et ses mots m’ont particulièrement touché. Mon accueil l’a également beaucoup touché, car il a eu l’impression que l’on se connaissait depuis très longtemps. Je ne lui ai posé aucune question. D’où il venait, où il allait, pour combien de temps il voyageait ou quel était son travail ou mêmes ses motivations ou ses passions. Tous ces détails qui font partie de nos quotidiens et qui semblent définir chaque personne que l’on rencontre. Nous avons échangé nos expériences et avons comblé nos soifs d’expériences respectives et c’est cela qui nous a défini l’un vis à vis de l’autre. Jamais je n’avais vu une personne avec une telle ouverture et sensibilité sur le monde, une telle soif de la vie et de ses aventures, une telle envie de rencontres.

Enfin, il m’a tendu une photo avec cette inscription au dos : « Clement, I just have to thank you again for hosting me and the way you greeted me so comfortably. It really confirmed to me that stranger are just friends that you haven’t met« . Cette photo trône sur un étage de ma bibliothèque, au milieu de guides et de carnets de voyages, de babioles et de cartes routières, autant d’objets qui me rapellent mes voyages et mes plus belles rencontres… Cette phrase, je la répète depuis à de nombreux voyageurs qui croisent ma route ou mon canapé, car elle représente pour moi l’esprit du Couch Surfing et l’ouverture d’esprit des gens qui composent cette communauté.

J’ai appris que Taylor nous a quitté il y’a quelques jours, dans un accident de voiture au Chad alors qu’il pratiquait, une fois n’est pas coutume, son activité favorite, l’autostop. « It really confirmed to me that stranger are just friends that you haven’t« . Je tenais à faire résonner cette phrase en sa mémoire, également pour témoigner mon amitié à celles et ceux qui ont partagé la sienne et qui peut être, comme moi, voient la vie différement depuis que leurs pas ont croisé ceux de Taylor.

Pin It

4 commentaires ⇒ Les étrangers sont juste des amis que vous n’avez pas rencontrés

  1. Julie dit :

    Cette phrase, je l’ai découverte peinte sur le mur d’un pub anglais, dans les faubourgs de Liverpool. Alors que nous voulions goûter l’atmosphère d’un soir de foot (match de la coupe d’Europe) au milieu de supporters anglais, nous nous somme retrouvés étrangement seuls dans ce bar. Et y avons finalement passé la soirée et une partie de la nuit. A discuter avec le tenancier, à faire jouer son juke-box, à jouer aux cartes avec son fils, à danser du rock’n'roll, à boire des bières et du whisky. « A stranger is a friend that you haven’t met yet ». Cela résonnait tellement bien dans cet endroit.

  2. C’est émouvant, joli hommage. Je crois qu’on a tous quelqu’un qui nous a inspiré pour devenir ce qu’on est aujourd’hui, ou quelqu’un qui nous a aiguillé vers le chemin à emprunter pour devenir celui qu’on tendait à être.

    Je ne connaissais pas cette phrase mais je l’aime beaucoup, je l’adopte !

  3. Clément dit :

    Oui, ce sont ceux que j’appelle mes mentors. Un mentor peut revêtir différentes formes, ce sont souvent des personnes mais cela peut être également un lieu, un objet. Ce sont ceux qui nous inspirent.

  4. Emilyz dit :

    Et oui d’ailleurs c’est une phrase que tu m’as dite alors que je venais de te rencontrer, et tu m’as racontée cette histoire aussi mais ça fait plaisir de la relire sur ton blog. Très bel hommage. Et merci de partager cela avec nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>